Comment importer de la pomme de terre ?

Consommable dans de nombreuses recettes et ce, pour notre plus grand bonheur, la pomme de terre est un féculent qui nourrit la population mondiale qualitativement et quantitativement. Elle est au côté du riz et du blé, un aliment qui peut, dans une certaine mesure, combattre la famine dans les pays pauvres. En effet, elle possède une réserve de glucides complexes, c’est-à-dire une source d’énergie progressive qui favorise la satiété. De plus, elle fait partie des rares féculents à contenir de la vitamine C.

Dans le monde du commerce international, la pomme de terre jouit d’un grand succès puisqu’elle est synonyme de bénéfice. Cependant, pour en faire un business juteux, il faut savoir où mettre les pieds. 

Découvrez sans plus attendre dans cet article tout ce que vous devez savoir sur la pomme de terre et sur son importation. 

Retour en arrière

Dans certaines régions d’Afrique on appelle la pomme de terre, la pomme d’Europe. Pourtant, cet aliment est originaire de la Cordillère des Andes où elle poussait à l’état sauvage depuis plusieurs milliers d’années avant notre ère. En effet, la pomme de terre n’est arrivé en Europe que vers 1570 par les premiers conquistadors espagnols. Ainsi, elle fut introduite tout d’abord en Espagne, avant de se diffuser petit à petit en Italie puis dans le sud de la France et l’Allemagne. 

En France, la pomme de terre était pendant longtemps réservée uniquement à l’alimentation des animaux avant que sa qualité soit reconnue grâce à Antoine-Auguste Parmentier (pharmacien militaire, agronome, nutritionniste et hygiéniste français) qui constata les qualités nutritionnelles de la pomme de terre (minéraux, fibres, protéines végétales…) lors de sa captivité en Prusse. 

Dès le 19ème siècle, la pomme de terre était sur toutes les tables y compris celles des meilleurs restaurants. Sa production passe alors de 1,5 million de tonnes en 1803 à 11,8 millions de tonnes en 1865 et elle augmente progressivement jusqu’à atteindre plus de 16 millions de tonnes à la fin des années 30.

Aujourd’hui, le succès de la pomme de terre est indéniable, on recense plusieurs milliers de variétés dans le monde entier, avec différentes couleurs (bleu, violet, jaune ou rouge) et on les classe en fonction de leurs chairs (chair ferme, chair fondante ou chair farineuse). 

Dans le commerce, on retrouve de plus en plus des sachets indiquant l’utilisation idéale de la pomme de terre en « Vapeur Gratin Rissolée », « Four Purée Potage » ou encore « Spécial frites ».  Sans oublier de mentionner le succès grandissant de la culture de pommes de terre bio. 

La pomme de terre au Maroc

À partir de l’indépendance du Maroc en 1956, la production de la pomme de terre a considérablement augmenté, passant de 150 000 tonnes en 1961 à un volume record de 1,56 million de tonnes en 2006. Elle est principalement concentrée le long de la côte atlantique, au nord et au sud de Casablanca, où le climat méditerranéen modifié est propice à sa culture.

Cet aliment à succès est cultivé toute l’année dans le pays du soleil couchant. La consommation moyenne est de 42 kg/an et par habitant. Les principales variétés utilisées au Maroc sont Nicola (à chair blanche), Spunta (à chair blanche également) et  Désirée (à chair rouge).

La pomme de terre est consommée, transformée et exportée soit sous la forme :

  • de semence
  • de pommes de terre destinées à la fabrication de la fécule
  • de primeurs
  • de légumes, non cuits ou cuits à l’eau ou à la vapeur, congelés
  • coupées en morceaux ou en tranches
  • de farine, semoule, poudre, flocons, granulés et agglomérés sous forme de pellets, de pommes de terre
  • de fécule
  • de pommes de terre, simplement cuites, congelées
  • en fines tranches, frites, même salées ou aromatisées, en emballages hermétiquement clos, propres à la consommation en l’état

Pomme de terre en gros prix : le prix de la pomme de terre en gros dépend intimement du climat puisqu’en cas de sécheresse par exemple, la quantité de récolte est moindre et de ce fait les prix partent subitement à la hausse.

Importation pomme de terre made in Morocco 

À cause des facteurs climatiques et de la non promotion de la culture de légumes et fruits dans certains pays africains, depuis quelques années la pomme de terre se fait rare sur les marchés intérieurs, notamment pendant la saison des pluies. C’est ainsi que les commerçants-importateurs se dirigent vers le Maroc, un grand producteur de pomme de terre. Ce pays offre en plus des facilités d’importation que les importateurs ne cessent de vanter. 

Ces derniers apprécient tout particulièrement le fait qu’au Maroc, les négociants les abordent et leur proposent des produits qui semblent être de meilleure qualité. Les prix étant aussi abordables et les conditions proposées meilleures.

Sur les marchés africains, la pomme de terre locale et la pomme de terre importée made in Morocco se côtoient au grand plaisir des ménagères. Mais le constat est sans équivoque : la pomme de terre importée a la cote.

Pour les pays dont la seule production locale ne peut satisfaire les besoins de consommation de toute la population, il s’avère donc indispensable de se tourner vers le Maroc qui offre une solution efficace pour combler la forte demande en matière de pomme de terre. 

La pomme de terre en quelques chiffres

Les achats internationaux de pommes de terre importées ont totalisé 4,4 milliards de dollars EU en 2017. 

Les pays européens représentaient la plus grande valeur en dollars de pommes de terre importées dans la même année avec des achats évalués à 2,7 milliards de dollars, soit 59,9% du total mondial. 

Les importateurs asiatiques venaient en deuxième position avec 20%, tandis que 8,7% des pommes de terre importées dans le monde étaient livrées en Afrique et 8,5% en Amérique du Nord.

Découvrez ci-dessous les 15 pays qui ont importé en 2017 la valeur la plus élevée en dollars de pommes de terre.

Belgique : 505,9 millions USD (soit 11,4% du total des importations de pommes de terre)

Pays-Bas : 353,7 millions de dollars (soit 8% du total des importations de pommes de terre)

Espagne : 250 millions de dollars (soit 5,6% du total des importations de pommes de terre)

Allemagne : 242,8 millions de dollars (soit 5,5% du total des importations de pommes de terre)

États-Unis : 232,5 millions de dollars (soit 5,2% du total des importations de pommes de terre)

Russie : 220,4 millions de dollars (soit 5% du total des importations de pommes de terre)

Italie : 191,8 millions de dollars (soit 4,3% du total des importations de pommes de terre)

France : 133,8 millions de dollars (soit 3% du total des importations de pommes de terre)

Royaume-Uni : 120 millions de dollars (soit 2,7% du total des importations de pommes de terre)

Vietnam : 115,1 millions de dollars (soit 2,6% du total des importations de pommes de terre)

Portugal : 96,9 millions de dollars (soit 2,2% du total des importations de pommes de terre)

Canada : 96,5 millions de dollars (soit 2,2% du total des importations de pommes de terre)

Algérie : 94,2 millions de dollars (soit 2,1% du total des importations de pommes de terre)

Égypte : 85,7 millions de dollars (soit 1,9% du total des importations de pommes de terre)

Grèce : 74,7 millions de dollars (soit 1,7% du total des importations de pommes de terre)

Vous trouverez ci-dessous les 15 pays qui ont exporté en 2017 la valeur la plus élevée en dollars de pommes de terre crues non transformées :

Pays-Bas : 799,6 millions USD (soit 19,4% des pommes de terre brutes exportées)

France : 584,6 millions de dollars (soit 14,2% des pommes de terre brutes exportées)

Allemagne : 387,8 millions de dollars (soit 9,4% des pommes de terre brutes exportées)

Chine : 281,1 millions de dollars (soit 6,8% des pommes de terre brutes exportées)

Égypte : 272,7 millions de dollars (soit 6,6% des pommes de terre brutes exportées)

États-Unis : 239,1 millions de dollars (soit 5,8% des pommes de terre brutes exportées)

Canada : 237,5 millions de dollars (soit 5,8% des pommes de terre brutes exportées)

Belgique : 209,9 millions de dollars (soit 5,1% des pommes de terre brutes exportées)

Royaume-Uni : 126,4 millions de dollars (soit 3,1% des pommes de terre brutes exportées)

Espagne : 105,5 millions de dollars (soit 2,6% des pommes de terre brutes exportées)

Israël : 82,9 millions de dollars (soit 2% des pommes de terre brutes exportées)

Pakistan : 81 millions de dollars (soit 2% des pommes de terre brutes exportées)

Italie : 57 millions de dollars (soit 1,4% des pommes de terre brutes exportées)

Afrique du Sud : 54,9 millions de dollars (soit 1,3% des pommes de terre brutes exportées)

Chypre : 54,2 millions de dollars (soit 1,3% des pommes de terre brutes exportées)

Par ailleurs, selon une étude réalisée par l’UNPT et FranceAgriMer, la consommation mondiale de pommes de terre devrait progresser d’ici 2025 (augmentation de 32 Mt en frais (+17 %) et de 17 Mt en transformé (+35 %)), ceci principalement en raison de la croissance démographique (95 % en Afrique et en Asie). L’Union européenne en tirera profit, en augmentant ses exportations de pommes de terre transformées.

Les grandes étapes de l’importation

Étude de marché

Comme pour n’importe quel produit à importer il faut avant tout effectuer une étude de marché. Elle consiste à étudier l’économie du pays où vous désirez importer. Concrètement, cela veut dire que vous devez analyser les comportements, les appréciations, les besoins et les attentes des demandeurs et offreurs présents sur le marché cible.

Le sourcing

Pour importer de la pomme de terre, il faut trouver un fournisseur et pas n’importe lequel ! Il est vrai que la nouvelle technologie nous permet aujourd’hui de faire des affaires à distance sans même avoir à bouger de chez nous, ce qui est certainement une énorme économie de temps, d’effort et d’argent. Cependant, le même problème persiste : les fournisseurs frauduleux courent les rues.

Il est donc important de pénétrer sérieusement dans l’univers de la recherche afin de trouver un partenaire fiable avec qui vous pourrez bâtir une relation professionnelle solide et ce, même à distance.

Vous pouvez commencer par identifier des exportateurs potentiels en consultant différents sites web et forums tout en exprimant votre besoin de trouver un bon partenaire commercial. N’hésitez pas à lire les avis et les témoignages des précédents clients de fournisseurs et surtout, prenez-les en compte !

Il est aussi recommandé de contacter des exportateurs qui possèdent leur propre site web (vérifiez que le site web est bien fiable) car il n’est pas rare de faire face à de nombreuses fraudes et escroqueries émanantes de « pseudos » exportateurs qui, pour la plupart, n’ont pas de site web.

Le choix du transport

Lorsque vous trouverez votre partenaire commercial, vous passerez à l’étape : choix du transport. Un mode de livraison mûrement réfléchi est la clé d’une importation réussie. Discutez du meilleur mode de transport pour votre marchandise avec votre exportateur et n’oubliez pas de souscrire une assurance transport international. En effet, même s’il n’est pas spécialement dangereux pour les marchandises d’être acheminées d’un point à l’autre, vous ne pouvez pas garantir la totale sécurité de vos produits durant le transport et les opérations de manutention.

Il faut également savoir que certains facteurs exonèrent les transporteurs de toute responsabilité. C’est le cas quand le dommage à la marchandise est dû à un événement de force majeure, c’est-à-dire, un événement « imprévisible, irrésistible et extérieur ». Cela peut être par exemple un tremblement de terre, une tornade ou encore un vol à main armée, entre autres.

La préparation des documents

La gestion des documents (certificats, formulaires, assurances, factures etc.) nécessaires à l’opération d’import est l’une des étapes les plus complexes. Il est donc conseillé de se tourner vers un spécialiste dans le domaine de l’import export pour vous aider à rassembler tous les documents dont vous avez besoin.

Les procédures d’importations peuvent évidemment être différentes d’un pays à l’autre. Quoi qu’il en soit, vous devez les effectuer conformément à la politique commerciale étrangère du pays importateur.

Pour avoir un aperçu des documents nécessaires pour l’importation, nous vous invitons à jeter un coup d’oeil à notre article : Quels sont les documents nécessaires pour l’importation ?

Vous trouverez également de nombreuses informations sur le site des douanes du pays importateur. Il est important de rester toujours informé de la réglementation douanière du pays où vous voulez importer votre produit.

Comment Waystocap vous aidera-t-elle à importer de la pomme de terre ?

Peu importe le pays dans lequel vous comptez commencer ou élargir votre activité, si vous êtes importateur de pommes de terre, changez vite de cap et tournez-vous vers WaystoCap !

WaystoCap est une plateforme B2B qui a été spécialement conçue pour faciliter le commerce international. En effet, c’est un système qui vous permet d’importer et d’exporter des produits, y compris les pommes de terre, sans avoir à faire face aux nombreux obstacles qui pourraient vous barrer le chemin du succès.  

De plus, WaystoCap vous donne la possibilité de développer des relations professionnelles efficaces, dans un environnement dynamique. Eh oui, c’est ici que vous trouverez un fournisseur fiable, capable de répondre de façon satisfaisante à vos besoins et ce, dans la durée. 

En rejoignant WaystoCap vous aurez également la possibilité de bénéficier de ses services uniques :

WaystoCap Logistics vous aide à gérer et à suivre vos envois à destination et en provenance d’Afrique via votre tableau de bord. Que ce soit pour de simples expéditions FCL, pour le fractionnement des envois LCL vers plusieurs destinations, jusqu’aux problèmes de dédouanement des plus difficiles, WaystoCap Logistics répond à vos besoins de fret et ce, sur tout le continent africain !

WaystoCap Market Intelligence vous donne la possibilité d’accéder à des informations exclusives sur le marché du Burkina Faso et du Bénin. Vous pouvez recevoir des mises à jour régulières sur les prix du marché, les prévisions de demande ainsi que les tendances à venir concernant de nombreux produits alimentaires.

WaystoCap Local vous offre une présence locale dans les principaux ports africains et rapproche vos produits de vos prochains clients. Avec ce service, vous pouvez vendre vos produits 10 fois plus rapidement ! Nous gérons pour vous le dédouanement, les ventes ainsi que la distribution de vos produits, et surtout, nous vous assurons d’être payé à temps !

Le saviez-vous ?

WaystoCap est devenue un accélérateur de croissance pour les entreprises qui exercent dans l’import export ! Alors pourquoi pas vous ? 

Inscrivez-vous vite sur la plateforme et boostez vos activités commerciales en un rien de temps !

Cet article vous a plu ? Nous vous invitons à jeter un coup d’oeil à nos autres articles qui pourraient également vous intéresser :

Sources : 

http://bamada.net/interdiction-dimportation-de-loignon-et-de-la-pomme-de-terre-une-fausse-alerte 

https://www.fellah-trade.com/fr/filiere-vegetale/fiches-techniques/pomme-de-terre 

https://maliactu.net/mali-importation-de-la-pomme-de-terre-au-mali-le-paradoxe/ 

http://www.perriol.com/2culture/pdtgen1.htm 

http://www.agraalimentation.fr/pommes-de-terre-la-hausse-de-la-consommation-mondiale-d-ici-2025-profitera-l-ue-art438404-11.html 

http://www.fao.org/potato-2008/fr/monde/afrique.html 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *