Comment envoyer un conteneur en Afrique ?

Comment envoyer un conteneur en Afrique ?

Le conteneur de fret a véritablement changé le monde, aucun spécialiste de l’import export ne pourrait le nier. En effet, cette importante innovation du siècle dernier a agrandi l’économie mondiale. Notons qu’aujourd’hui, le conteneur représente 90 % du trafic mondial de marchandises ! 

L’envoi d’un conteneur vers l’Afrique peut paraître très complexe, notamment pour les entrepreneurs débutants dans le monde du commerce international. Mais en réalité, c’est une opération plutôt simple qui demande cependant une parfaite organisation et une préparation minutieuse car il faut bien avouer qu’elle engendre de nombreuses démarches administratives.

Dans cet article, nous allons tenter de vous éclairer sur le sujet afin que vous puissiez envoyer un conteneur vers l’Afrique en toute sécurité et en toute simplicité.  

Zoom sur les conteneurs 

Il faut savoir que les premiers conteneurs (containers en anglais) sont américains. En effet, en 1956, Malcom McLean, un transporteur routier a eu la superbe idée de regrouper les colis allant au même endroit dans un seul et même contenant pour éviter notamment les manutentions entre le navire et le camion.

Par ailleurs, le conteneur, qui est comme vous le savez sans doute déjà, une caisse close en métal, a vu ses dimensions se standardiser pour correspondre aux échanges du transport maritime international. L’unité de mesure est l’EVP (Équivalent Vingt Pieds) et il s’agit plus précisément de longueur 20 pieds et longueur 40 pieds. 

Quelles sont donc les dimensions extérieures ? 

Les dimensions extérieures sont de 6.06 mètres de longueur pour le 20 pieds et de 12.12 mètres de longueur pour le 40 pieds. 

Qu’en est-il des dimensions intérieures ? 

Les dimensions intérieures sont de 5.95 mètres de longueur pour le 20 pieds et 12.05 mètres de longueur pour le 40 pieds. 

Lors de la préparation de votre expédition, vous devez vous baser sur les dimensions intérieures et non sur les dimensions extérieures.

Sachez que pour les conteneurs de 20 pieds et 40 pieds, la palettisation n’est pas obligatoire. Mais si vous livrez votre marchandise en vrac, vous devrez prévoir des frais supplémentaires en manutention pour pouvoir décharger votre marchandise, et cela représente une somme assez importante. De plus, il faut savoir qu’une livraison en vrac ne vous assure pas la protection optimale de votre marchandise, contrairement à l’utilisation de palettes qui en plus vous permet de faciliter le déchargement de votre marchandise une fois arrivée à bon port. 

Il est vrai que la somme investie dans la palettisation représente un coût supplémentaire, mais c’est un bon investissement puisqu’elle permet la protection de votre marchandise. Quoi qu’il en soit, les frais seront minimes en comparaison au coût de la manutention qu’implique une livraison en vrac. Mais le choix n’appartient évidemment qu’à vous.

Avantages du conteneur 

Les avantages de transporter des marchandises en conteneur sont très nombreux. Pour commencer, il faut noter que le conteneur peut être facilement stocké, déplacé et manutentionné. En plus, il protège la marchandise contre les chocs, les casses et les avaries. Autre point important, le conteneur est assez économique. En effet, le fret maritime en conteneur est moins cher que le transport aérien, il permet de raccourcir les temps de chargements, ce qui réduit les coûts. Et pour ceux qui sont pour la protection de notre planète, sachez que le fret maritime est moins polluant que le transport aérien de marchandises ou que le transport routier. 

Par ailleurs, le conteneur permet différents types d’expéditions, dont les plus courants sont :

FLC (Full Container Load) :

FLC est un mode de transport qui consiste à envoyer la marchandise par conteneur complet, par voie maritime (constitution et empotage réalisés par le chargeur). Le conteneur est scellé et ouvert uniquement à destination finale, sauf en cas de contrôle douanier. 

LCL (Less than a Container Load) :

LCL est un terme qui est utilisé pour décrire le transport de petits envois de fret maritime ne nécessitant pas la pleine capacité d’un conteneur maritime, il est généralement inférieur à 20 m3. La marchandise est d’abord livrée à un centre de groupage. Ensuite, elle est conteneurisée avec d’autres marchandises à destination du même port. Enfin, elles sont dégroupées et remises aux clients finaux.

Faire appel à un transitaire 

Sachez qu’il n’est pas vraiment obligatoire de faire appel à un transitaire, mais cela est vivement conseillé étant donné la complexité des documents à préparer et à remplir. En effet, le transitaire connaît bien toutes les démarches à accomplir et vous permettra donc de réduire les délais de livraison et d’améliorer par la même occasion le service à la clientèle. 

Petit conseil :

Choisissez de préférence un transitaire qui possède de l’expérience dans votre domaine d’activité. 

Sachez que les tarifs des transitaires ne sont pas exorbitants comme on peut le penser, surtout comparés aux taxes appliquées sur certains produits importés.

En ce qui concerne le prix pour envoyer un container au Sénégal par exemple, il faut savoir que cela dépend principalement du volume et/ou types de marchandises que vous souhaitez transporter, mais aussi de la forme de l’envoi (conteneurisé – FCL/LCL, ou non).

Délai de transport

Le temps de transit estimé est censé être aussi précis que possible mais il n’est pas rare que l’expédition n’arrive pas à la date prévue et cela peut bien évidemment créer des problèmes tant pour l’expéditeur que pour le destinataire. Il faut avouer que personne n’aime se retrouver dans l’obligation de gérer des retards, mais lorsqu’il s’agit de fret maritime international, ce genre de situation arrive assez fréquemment.

Il est donc important de vous assurer de la présence de tous les documents nécessaires à temps afin de ne rencontrer aucun problème, notamment lors de la procédure en douanes. En effet, si vos documents sont manquants ou que la Packing list par exemple, est suspicieuse pour les douanes locales, ces dernières procèderont à une inspection de votre marchandise, ce qui peut prendre plusieurs jours et surtout engendrer des frais de manutention, de stockage etc.

De plus, comme vous le savez peut-être déjà, les fournisseurs ont la possibilité d’obtenir un remboursement d’impôt en fonction du code HS des produits pour la plupart des articles. Certains fournisseurs peuvent être tentés d’utiliser un mauvais HS code lors du dédouanement pour obtenir un taux de remboursement d’impôt plus élevé. Le problème est que le fournisseur en question risque que les douanes le découvrent. Dans ce cas-là, elles retiendront les produits jusqu’à ce que le fournisseur corrige le HS code et s’acquitte d’une sanction financière.

Aussi, si le produit a une marque, le fournisseur sera contraint de soumettre une lettre d’autorisation du propriétaire de la marque et ce processus peut être vraiment très long si le fournisseur ne s’y prend pas à l’avance.

Il arrive également que le navire soit obligé de partir tard en raison des conditions météorologiques et là vous n’y pouvez rien. Essayez simplement d’obtenir l’information le plus tôt possible pour informer chaque partie impliquée.

Nous vous conseillons vivement de travailler en étroite collaboration avec votre fournisseur afin d’assurer une expédition sans difficultés.

Souscrire une assurance transport international

Si vous voulez que votre marchandise soit transportée en toute sécurité vers le pays cible, vous devez souscrire une assurance transport international car même s’il n’est pas spécialement dangereux pour les marchandises d’être acheminées d’un point à l’autre, vous ne pouvez pas garantir la totale sécurité de votre marchandise durant le transport et les opérations de manutention.

En effet, quel que soit le mode de transport choisi (route, chemin de fer, voie maritime, fluviale ou aérienne), les marchandises sont exposées à de nombreux risques qu’ils soient ordinaires (incendie, mouille etc.) ou exceptionnels (grève, acte de terrorisme etc.).

Les risques associés au transport maritime par exemple englobent les risques d’impact des vagues, de manutentions des conteneurs, des encombrements portuaires etc. Les risques associés au transport aérien concernent les risques des turbulences et trous d’air, d’incendie, de collision, d’écrasement de l’appareil, de la multiplicité des manutentions… Les risques associés au transport routier regroupent les risques des freinages, des accélérations et décélérations répétées, des chocs et vibrations, de manutentions des marchandises, entre autres. Les risques associés au transport ferroviaire, quant à eux, sont les risques d’impacts ou chocs liés aux opérations d’assemblage des wagons d’un train, de heurts dûs aux accélérations, décélérations et freinages, de balancement dû à la force centrifuge dans les courbes ou lors du passage des aiguillages, de déraillements etc.

Il est donc très important non seulement de bien préparer vos marchandises, mais aussi de souscrire une assurance transport international qui couvrira la plupart des éventualités.

De plus, il faut savoir que même si le transporteur est responsable des marchandises qui lui sont confiées, sa responsabilité demeure limitée lors d’un sinistre. En effet, en cas de dommages à la marchandise, l’indemnisation incombant au transporteur se fera uniquement en fonction du poids de la marchandise transportée et non de sa valeur. Les montants de dédommagements peuvent donc être bien inférieurs au coût réel de remplacement.

Aussi, il est important de noter que certains facteurs exonèrent les transporteurs de toute responsabilité. C’est le cas quand le dommage à la marchandise est dû à un événement de force majeure, c’est-à-dire un événement « imprévisible, irrésistible et extérieur ». Cela peut être par exemple un tremblement de terre, une tornade ou encore un vol à main armée.

Nous vous encourageons donc vivement à protéger vos marchandises en souscrivant une assurance Ad Valorem.

L’assurance Ad Valorem est particulièrement adaptée au transport maritime. En souscrivant une couverture d’assurance Ad Valorem (sur la valeur), c’est votre compagnie d’assurance qui vous indemnisera sur la base du dommage à la marchandise. En effet, la compagnie d’assurance remboursera l’intégralité du préjudice et se retournera contre le transporteur.

Il faut savoir qu’il existe en assurance transport trois grands types de garanties : la garantie « tous risques », la garantie « FAP sauf… » (Franc d’Avaries Particulières sauf celles résultant d’un événement énuméré) et la garantie « risques de guerres et mines ».

La garantie « tous risques » couvre comme son nom l’indique, tous les risques, de magasin à magasin, c’est-à-dire que la garantie prend effet lors de la « remise de la marchandise au premier transporteur et cesse à la livraison au destinataire ». C’est bien évidemment la garantie « tous risques » qui est le plus souvent utilisé dans le but d’importer en toute sécurité. La garantie « tous risques » s’applique aux transports aériens, maritimes et terrestres.

À l’inverse de la garantie « tous risques », la garantie « FAP sauf… » se limite à l’assurance des pertes et dommages causés aux marchandises lors des opérations de chargement, de déchargement ainsi que les dommages qui atteignent la cargaison et le vecteur de transport. En d’autres termes, elle couvre les risques majeurs tels que le naufrage, l’abordage, l’incendie, la chute du colis en cours de chargement et l’avarie commune, mais elle exclut les risques de mouille, de vol et d’écrasement quand ces derniers sont mentionnés après le « sauf ». La garantie « FAP sauf… » s’applique uniquement au transport maritime. Son équivalent pour les transports terrestres et aériens est la garantie « Accidents Caractérisés ».

La garantie « risques de guerres et mines » est couverte quant à elle séparément des autres garanties. Elle couvre les actes tels que le sabotage, la piraterie, les torpillages, entre autres. La garantie « risques de guerres et mines » s’applique aux transports aériens, maritimes et terrestres.

Par ailleurs, il existe aussi différents types de police : « la police au voyage », « la police à alimenter », « la police d’abonnement » (ou police flottante) et « la police tiers chargeur ».

La police au voyage est utilisée pour des expéditions occasionnelles. La police à alimenter est plutôt utilisée pour des expéditions d’objets de même nature, échelonnées sur une période indéterminée. Sachez que la valeur totale des marchandises et le nombre d’expéditions prévues sont toujours indiqués dans le contrat. La police d’abonnement (ou police flottante), quant à elle, couvre l’intégralité des expéditions d’un assuré pour une période donnée, elle convient à tous ceux qui exportent fréquemment des marchandises. En ce qui concerne la police tiers chargeur, le transitaire met son assurance à la disposition de son client qui n’en a pas souscrit. En cas de sinistre, c’est le transitaire qui s’occupe de la constitution du dossier nécessaire à l’indemnisation.

Les Incoterms

Beaucoup de gens pensent que le système juridique est sous-développé dans certains pays, et que cela ne sert donc à rien de s’embêter avec un contrat. Ils ont tort ! Un contrat de vente est indispensable pour le bon déroulement des affaires commerciales à l’échelle nationale comme à l’échelle internationale.

Sachez aussi que c’est le contrat de vente international de marchandises qui détermine si c’est à l’acheteur ou au vendeur de souscrire une assurance transport international.

Aussi, dans le commerce international, il y a ce qu’on appelle les Incoterms. Pour ceux qui ne le savent pas encore, Incoterms est une abréviation anglo-saxonne de l’expression « INternational COmmercial TERMS » qui est traduite en français par « conditions internationales de vente ». Ces termes servent à définir les obligations et les responsabilités de l’acheteur et du vendeur dans le cadre d’un contrat d’achat/vente international.

Petit conseil pour les importateurs débutants : 

Choisissez la livraison FOB entre vous et votre fournisseur. En achetant sous l’Incoterm FOB, vous réduirez considérablement vos coûts d’expédition et vous aurez plus de contrôle sur cette dernière.

Comment WaystoCap peut-elle vous aider à envoyer un conteneur en Afrique ?

WaystoCap est la première plateforme B2B dédiée à l’Afrique. Soutenue par des investisseurs de renommée mondiale, tel que Y Combinator, WaystoCap vous permet d’acheter et de vendre en Afrique, mais aussi de profiter de ses nombreux services afin que vous puissiez naviguer dans le monde de l’import export en toute sécurité.

En effet, WaystoCap Local vous offre une présence locale dans les principaux ports africains et rapproche vos produits de vos prochains clients. Avec ce service, vous pouvez vendre vos produits 10 fois plus rapidement !

De plus, WaystoCap Logistics vous offre le moyen le plus simple de gérer votre logistique en Afrique avec un service totalement transparent et entièrement géré via votre tableau de bord. Que ce soit pour de simples expéditions FCL, pour le fractionnement des envois LCL vers plusieurs destinations, jusqu’aux problèmes de dédouanement des plus difficiles, WaystoCap Logistics peut répondre à vos besoins de fret sur tout le continent africain !

Par ailleurs, sachez que WaystoCap collabore avec les plus grands opérateurs de transit pour vous offrir des tarifs des plus compétitifs et la sérénité que votre commande arrive à temps. Soyez donc convaincus que vous êtes entre de très bonnes mains !

Rejoignez notre communauté d’importateurs et exportateurs dès maintenant afin de profiter de nos outils modernes, spécialement conçus pour vous aider à développer votre activité commerciale.

Du sourcing à la vente, en passant par la logistique, WaystoCap est sans aucun doute VOTRE partenaire en Afrique.

Vous avez des questions ? N’hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis d’y répondre.

>> À lire aussi :

Sources :
Transport maritime
exporter en Afrique
Ces pays africains en passe de remporter le pari du développement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *